Calculer la trésorerie de départ : un enjeu crucial pour les entrepreneurs

La trésorerie de départ est un élément essentiel pour toute entreprise, et encore plus pour une jeune pousse. En effet, cette somme d’argent permettra à l’entrepreneur de faire face aux premières dépenses liées au lancement de son activité. Voici un guide complet pour vous aider à calculer votre trésorerie de départ et ainsi mettre toutes les chances de votre côté pour réussir dans cette aventure entrepreneuriale.

1. Comprendre ce qu’est la trésorerie de départ

La trésorerie de départ est la somme d’argent dont dispose une entreprise à sa création pour faire face à ses premières dépenses et aux éventuels imprévus. Elle est souvent désignée comme le « matelas financier » qui permet à l’entreprise de démarrer son activité sereinement, sans craindre les problèmes financiers dès le début.

2. Évaluer les besoins financiers initiaux

Pour calculer la trésorerie de départ, il est important d’évaluer les besoins financiers initiaux de votre entreprise. Ces besoins comprennent notamment :

  • Les frais liés à la création de l’entreprise, tels que les frais d’immatriculation, les honoraires d’avocat ou d’expert-comptable, etc.
  • Les investissements nécessaires pour démarrer l’activité, comme l’achat ou la location de matériel, de véhicules, de locaux, etc.
  • Le besoin en fonds de roulement (BFR), qui correspond aux besoins financiers liés au cycle d’exploitation de l’entreprise, comme les stocks, les créances clients et les dettes fournisseurs.
Autre article intéressant  Comment la formation continue peut aider les entreprises à se développer ?

Pour estimer ces besoins financiers initiaux, il est conseillé de réaliser un plan de financement prévisionnel, qui permettra d’avoir une vision claire des dépenses à engager pour lancer votre entreprise.

3. Prendre en compte les aides et subventions

Il existe plusieurs types d’aides et de subventions pour soutenir la création d’entreprises. Ces dispositifs peuvent contribuer à augmenter votre trésorerie de départ :

  • Les aides publiques, comme les subventions accordées par l’État, les collectivités territoriales ou encore les chambres consulaires.
  • Les prêts d’honneur, accordés par certaines associations ou organismes dédiés à la création d’entreprise, tels que Initiative France ou Réseau Entreprendre.
  • Le crowdfunding, qui permet de lever des fonds auprès du grand public via des plateformes en ligne dédiées.

Pensez donc à vous renseigner sur ces différents dispositifs afin de bénéficier du soutien financier nécessaire pour démarrer votre activité dans les meilleures conditions possibles.

4. Estimer le montant nécessaire pour constituer une trésorerie de départ suffisante

Une fois les besoins financiers initiaux évalués et les aides et subventions prises en compte, il est temps d’estimer le montant nécessaire pour constituer une trésorerie de départ suffisante. Pour cela, il est recommandé de suivre ces étapes :

  1. Calculer un budget prévisionnel pour les six premiers mois d’activité, en prenant en compte les charges fixes (loyers, salaires, etc.) et les charges variables (achats de matières premières, frais de transport, etc.).
  2. Estimer le chiffre d’affaires prévisionnel pour cette même période.
  3. Comparer ces deux montants et ajuster la trésorerie de départ en conséquence. Si le chiffre d’affaires prévisionnel est supérieur au budget prévisionnel, la trésorerie de départ sera plus faible. À l’inverse, si le chiffre d’affaires prévisionnel est inférieur au budget prévisionnel, il faudra augmenter la trésorerie de départ pour compenser cette différence.
Autre article intéressant  Quel capital social pour créer votre SARL ?

5. Trouver des sources de financement pour constituer sa trésorerie de départ

Pour constituer votre trésorerie de départ, vous pouvez solliciter différentes sources de financement :

  • Vos fonds propres, c’est-à-dire l’argent que vous investissez personnellement dans votre entreprise.
  • Les emprunts bancaires, qui peuvent être souscrits auprès de différents établissements financiers, en fonction de vos besoins et de votre profil.
  • Les apports en capital, que vous pouvez obtenir en faisant appel à des investisseurs (business angels, fonds d’investissement, etc.) ou en ouvrant le capital de votre entreprise à des partenaires.

Il est important de diversifier les sources de financement pour limiter les risques et renforcer la solidité financière de votre entreprise.

6. Suivre l’évolution de sa trésorerie et ajuster ses prévisions

Enfin, il est essentiel de suivre l’évolution de sa trésorerie au fil du temps, afin d’ajuster ses prévisions et éventuellement prendre des mesures correctives si nécessaire. Pour cela, il est conseillé d’établir un tableau de suivi mensuel qui permettra d’avoir une vision claire et précise de la situation financière de l’entreprise.

Ce suivi régulier vous permettra également d’anticiper les éventuels besoins supplémentaires en trésorerie et ainsi éviter les problèmes financiers qui pourraient freiner le développement de votre activité.

Calculer la trésorerie de départ est une étape cruciale pour assurer le bon démarrage et la pérennité d’une entreprise. En prenant en compte les besoins financiers initiaux, les aides disponibles, les sources de financement possibles et en suivant l’évolution de sa trésorerie avec rigueur, vous mettrez toutes les chances de votre côté pour réussir dans cette aventure entrepreneuriale.

Autre article intéressant  L'évolution de la mutuelle santé face à la digitalisation